AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
UNE PARTIE DES CODES APPARTIENT A CAMILLE (WILD DRAGON) ET LE HEADER A ERIKOIEN
FORUM FOUTOIR

Partagez | 
 

 meora grace dawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : là où on fait des quiches lorraines
Age : 21

MessageSujet: meora grace dawkins   Mer 2 Juil - 16:05

«  - Tu n’es qu’un démon ! Un démon !
- Mais chérie laisse moi t’expliquer… Je..
- Ne me touche pas !
Elle frappe violemment la main de son mari qui retient son poignet, puis tourne les talons avant de se diriger vers la fenêtre. Elle ne peut plus le regarder dans les yeux. Cet homme qu’elle a aimé plus que tout au monde, cet homme a qui elle s’est mariée et a donnée deux beaux enfants. Elle ne peut plus le regarder, du tout. C’est un menteur, un démon, ou un sorcier, c’est du pareil au même. Et elle ne peut pas supporter ça. Ca, et le fait qu’il lui ait menti après toutes ces années.
- Chérie… S’il te plait écoute-moi.
- Ne m’appelle plus comme ça.
Elle est froide, elle est sèche, elle est dure. Il ne la jamais entendu parler de la sorte, pas à lui. Pour elle, il a tout quitté. Tout. Sa famille, l’Angleterre, la magie, tout. Et il aurait laissé de côté encore plus s’il avait eu plus. Pour elle. Il était amoureux, éperdument amoureux d’elle, depuis le jour où il l’avait rencontré. Deux enfants étaient nés de cette union, de cet amour, et pour lui, c’était les deux plus beaux enfants du monde. Jared & Meora étaient le fruit de l’amour qu’il partageait avec sa femme. Il avait ce sentiment indescriptible qui traversait son corps de long en large quand il voyait sa femme, il ne pourrait jamais comprendre cette impression de bonheur qui l’emplissait en se disant qu’elle était sienne. Mais apparemment, aujourd’hui, c’était fini. Elle ne voulait plus de lui. Il la dégoutait, à son plus grand regret. Il n’avait pas voulu de cela. Il ne voulait qu’elle après tout.
Elle tourne un peu la tête, à peine, histoire que sa voix porte jusqu’à lui. C’est tout simplement impossible pour elle de le regarder, non, elle ne peut pas, elle n’arrivera pas. Jamais.
- Et les enfants… Ils sont comme toi ?
- Techniquement, oui.
Elle retient ses larmes. Merde. Les enfants aussi. Mais elle ne peut pas supporter ça. Elle la croyante, être mariée à un démon ? Jamais. Elle ne peut pas, elle est dans l’incapacité d’accepter ça.
- Alors sors de cette maison et prends les avec. Vous n’êtes que des démons, des hérétiques. Vous méritez votre place sur un bûcher, rien de moins ! Je veux vous voir dehors avant la tombée de la nuit ! Tu m’as comprise ?!
Il est choqué. Il ne pensait pas que. Et pourtant si. C’était en train d’arriver. Elle lui criait dessus, elle lui hurlait dessus, de partir avec leurs gosses parce qu’ils avaient eu le malheur d’être sorciers, comme lui.
- Mais…
- Pas de mais ! Vous allez sortir de cette maison et ne plus jamais y remettre un pied. JAMAIS. TU M’ENTENDS ? DÉMONS ! »


« Meora n’a aucun souvenir de sa mère. Elle n’a aucun souvenir d’Israël. On ne lui a uniquement donné l’occasion de voir quelques photos. Son père n’aime pas parler d’elle, celle qui lui a brisé le cœur, celle qui la foutu à la porte, lui et leurs enfants. Parce qu’ils n’étaient que des démons, d’après elle. Mais ça, Meora est trop jeune pour le comprendre. On lui a seulement expliqué que sa mère les avait rejetés, et qu’il avait fallu retourner en Angleterre, le pays de son père. Elle n’avait aucun souvenir de la vie avec sa mère à Jérusalem,  elle n’avait aucun souvenir de la vie sans magie. Tout semblait alors naturel pour elle : vivre dans un appartement sur le Chemin de Traverse, parler de Quidditch, de sorts, de chocogrenouilles. La seule chose qui ne l’était pas, était de vivre avec son frère et son père. Elle n’avait pas de maman, pas comme tout le monde, tous les autres enfants. Et bien qu’elle n’en ait aucun souvenir, Meora en connaissait l’existence.
Et puis son père avait fini par rencontrer une autre femme, comme pour oublier sa première histoire d’amour défectueuse, ou bien se convaincre qu’il pouvait l’oublier. Et aux yeux de la petite fille qu’était Meora, ils allaient enfin former une vraie famille. Cette femme ne remplacerait en aucun cas sa mère, mais celle-ci ne la rejetterait peut-être pas et elle pourrait trouver cette affection maternelle qui lui manqué.
Jared n’en est quant à lui pas convaincu. Il n’est pas convaincu du nouveau clan Dawkins qui se forme. Une demi-sœur, puis une autre les rejoignent. Meora les accepte, comme ses sœurs. La nouvelle femme de son père devient peu à peu la mère qu’elle n’a jamais eue.
Et même si Meora a une enfance heureuse dans cette nouvelle famille du bonheur, si elle est aimée par toute sa famille, il y a toujours cette blessure au fond d’elle, dont elle n’a pas forcément conscience. »


« Ma très chère Meora,
Je t’envois ce hibou pour, en premier lieu, te féliciter. Malgré ton caractère quelque peu réticent à l’autorité, tu as su montré ton sérieux et nous rendre fiers : ta belle-mère et moi. Te voir intégrer le cursus d’enseignement magique : mais quelle fierté !
Et puis tu n’es pas sans savoir qu’il faut que tu continues à veiller sur tes demi-sœurs dans Poudlard. Tu es leur idole, ne l’oublies pas.
Ensuite, dans le paquet ci-joint à ce hibou, des friandises (tes sœurs ont insistées pour qu’on leur envoie des dragées surprises, je trouve ça répugnant de pouvoir tomber sur des goûts vomis, enfin, passons) que tu devras bien évidemment partager. Tu es grande mais je te connais et je sais que tu vas vouloir les garder pour toi toute seule.
Veille sur tout le monde, y compris Jared.
Et surtout, envois-nous des hiboux.
Papa. »
Meora pose alors la lettre sur la table et commence à ouvrir le paquet que le petit hibou a ramené en même temps que la lettre. Son frère et ses demi-sœurs peuvent toujours courir pour qu’elle leur passe des friandises. Elle les aime plus que tout au monde, se sacrifierait sûrement pour eux trois, mais son père n’avait qu’à faire un colis pour chacun d’entre eux.
Elle n’a certes pas la famille qu’elle aurait espérer avoir, mais elle est heureuse. Oui, elle repense souvent à sa mère, à celle qui la rejetée, elle, son frère et son père, et se dit souvent qu’elle aurait aimé la connaitre. Qu’elle aurait aimé avoir l’amour d’une mère ; la sienne. Et même si sa belle-mère a fait et fera toujours office de maman pour elle, un certain manque ne sera jamais comblé.
Meora Grace leva les yeux du paquet et se mit à observer ses deux demi-sœurs qui étaient non loin d’elle dans la salle commune. Elle a sur une elles une sorte de regard protecteur. Et puis à Jared, elle tire la langue. Parce que se chercher des poux et se battre, c’est ce qu’ils savent faire de mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doiwannaknow.frbb.net

Admin
avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : là où on fait des quiches lorraines
Age : 21

MessageSujet: Re: meora grace dawkins   Sam 5 Juil - 14:40


Your past-times, consisted of the strange,
And twisted and deranged

♔ ♔ ♔ ♔ ♔
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doiwannaknow.frbb.net
 

meora grace dawkins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I. Anna Grace Connor ✿
» Lettre pour Sa Grace
» Tales of Grace f
» [Sims 3] Coiffure Grace Kelly (Résolu)
» VAUVRE - PERRAY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe I'm Too Busy Being Yours To Fall for Somebody New. :: Votre 1ère catégorie :: Fiches-