AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
UNE PARTIE DES CODES APPARTIENT A CAMILLE (WILD DRAGON) ET LE HEADER A ERIKOIEN
FORUM FOUTOIR

Partagez | 
 

 swana mira douglas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Admin
avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 21/12/2013
Localisation : là où on fait des quiches lorraines
Age : 20

MessageSujet: swana mira douglas   Ven 14 Fév - 18:33

Swana Mira Douglas
FEAT. lily jane collins
18 ans ϟ 1ère année du cursus secondaire (médecine magique) ϟ Paul ; tantôt écureil, tantôt faon ϟ Sang mêlée

Swana Mira Douglas (puisque c'est en effet son nom de naissance) est née le seize juin mille neuf cent soixante et un en Écosse, quelques minutes avant sa sœur jumelle Annathéa Ne lui demander pas d'où vient l'excentricité de son prénom, elle n'en connaît même pas l'origine mais en est plutôt fière Elle est la fille de Dawson Douglas, fils unique de une famille renommée dans le monde de la magie en Écosse (et ainsi de sang pur, ça coule presque de source) et de Alienna Douglas, née Fridge, qui est quant à elle une simple Moldue. Le coup de foudre entre eux a été tel que Dawson n'a pas hésiter à envoyer valser ses parents, leur idéologie du statut du sang et leurs conventions sociales pour Alienna pour qui il était tombée fou amoureux. Si les jumelles sont le fruit d'un amour passionné et que leurs parents ont toujours été dingues de leur progéniture, les filles Douglas ont été élevées par leurs grands parents plutôt que leurs parents, afin que ceux ci aient l'occasion de vivre pleinement leur amour aux quatre coins du globe. Swana ne garde que de vagues souvenirs de ses parents et garde toujours au fond d'elle une sorte d'incompréhension de ne pas avoir grandi avec eux. Aujourd'hui disparus, la jeune femme n'arrive toujours pas a se faire de raison quand a la disparition ou probable mort de ses géniteurs. Swana est donc de Sang-Mêlée, au plus grand désarroi de ses grands parents. Elle a malgré tout été élevé dans le principe qu'un sang pur était ce qu'il y avait de mieux dans la monde de la magie et en est aujourd'hui convaincu, enfin, la plupart du temps Swana est un personnage quelque peu complexe, avec différentes facettes toutes plus compliquées les unes que les autres. Plus âgée de quelques minutes de sa véritable jumelle, elle a, depuis la connaissance de ce fait, considérer qu'elle devait jouer un rôle de grande sœur auprès d'Annathéa. Elle s'avère être une véritable lionne sortant les griffes quand on touche à celle ci. Sa jumelle reste la chose la plus importante -et unique- à ses yeux et qui compte tenterait de lui la retirer aurait à faire à elle. Swana est une personne impulsive, qui est à la limite d'être irréfléchie. Pourtant très sérieuse, elle ne réfléchira jamais à deux fois avant d'effectuer un acte qu'elle pourrait regretter. C'est quelqu'un qui a agit dans l'instant. Et généralement, quand elle décide de faire quelque chose, personne ne peut aller contre elle. Elle est bornée comme jamais. Elle aura beau avoir tous les arguments du monde contre elle, elle ne lâchera pas les bras. C'est bien pour cela que même sa jumelle n'arrive pas à aller contre les idées quelques peu extrêmiste de Swana. Bornée, la jeune femme a appliqué et croit encore plus que ses grands parents au statut du sang. Malgré tout, il se cache derrière ce bout de femme un peu brute et dure, quelqu'un qui peut être très doux et attentionnée, tout simplement déboussolée et fragilisée par la perte de ses parents et le fait de ne pas avoir eu une enfance comme tout le monde, avec des parents aimants. Swana s'est automatiquement bien sentie à Poudlard où elle a pu prouver sa « supériorité » de part son sérieux en classe et sa réussite. Elle a en effet obtenu à ses BUSE un E en DCFM, O en sortilèges et en vol de balai (passionnée de Quidditch oblige), un O en potion & un O en métamorphose ainsi qu'un E en soin aux créatures magiques et un magnifique E en botanique. Pour ce qui est de ses ASPIC, Swana a eu les mêmes notes que pour ses BUSE, exceptée pour les cours de défense contre les forces du mal où elle a réussi à se perfectionner et obtenir un O. Elle s'est automatiquement dirigée après ses ASPIC vers le cursus de médecine magique, considérant cette voie comme la plus intéressante, mais reste perplexe quand à son insertion professionnelle. Swana a du mal a expliquer la forme que peut prendre son patronus. Elle l'a affectueusement appelé Paul, et prend la plupart du temps la forme d'un écureil, et parfois, d'un faon Swana possède une baguette en bois de Sorbier avec un cœur en crin de licorne, de trente-six virgule vingt-cinq centimètres, légèrement élastique. Swana dit elle rigolant que son animal domestique, c'est sa sœur jumelle, Annathéa. Mais bon, elle en rigole. Elle a Paul, (et sa soeur) ça lui suffit d'après elle.


a little something from you.

Paul est tout à fait à l’opposée de l’image qu’on peut se faire de Swana. Vu qu’on la voit plutôt agressive et un peu tumultueuse, la plupart des gens s’imagine que le patronus de la belle est en effet un animal violent, imposant, inspirant peu de confiance ; mais c’est tout le contraire. Le patronus de Swana est un écureuil, brisant toute suite l’image de Swana. Animal doux, mais toute fois sournois –un peu comme elle- cette petite bête peut prendre parfois la forme d’un faon, ce qui étonne Swana. Cette dernière considère d’ailleurs que le patronus de sa sœur lui aurait plus convenu, sur le plan caractère. Mais bon, elle ne veut pas admettre que les formes que prend  Paul pourraient tout simplement représenter l’innocence qu’elle n’a jamais eu. Enfin, comme tout le monde, elle a été une enfant, elle a joué, grandi en riant, mais elle a été élevé par des grands-parents qui n’ont toujours pas digéré le fait que les jumelles soient de sang-mêlé et non de sang-pur comme c’était la tradition chez les Douglas depuis des siècles.
Paul est le plus souvent sous la forme d’un écureuil, pour le plus grand plaisir de Swana qui le préfère sous cette forme. Si la rencontre entre le patronus et la jeune femme fut plutôt tendue –Swana n’arrivait pas à admettre le fait qu’il la suive partout, tout le temps-, elle serait aujourd’hui incapable de s’en séparer.


You're not a sad story.





you're not



a sad story


«  -  Je ne garderai pas ces gamines Dawson.
Le père Douglas tourne alors les talons et se dirige vers son imposant bureau. Les cheveux grisonnants, ce grand sorcier ne daigne même pas regarder son fils, presque dégouté par celui-ci. Une moldue. Il a fallu que son idiot de fils unique dans lequel il fondait tous ces espoirs tombe sous le charme d’une moldue. Qui y avait-il de plus horrible pour cet émanent sorcier ? Qui y avait-il de pire que de savoir son idiot de fils, qui, en plus d’être marié à une moldue, avait engendré deux petites de sang-mêlées ? Lui qui ne jurait que par le statut du sang et la lignée de sang-pur qu’il avait derrière lui, était servie.
- Ce sont vos petites filles père.
- Je n’ai pas de petites filles Dawson, je te le répète. Comment peux-tu oser dire de ces enfants qu’elles sont ma descendance. Comment peux-tu avoir osé leur avoir donner mon nom ?

Dawson Douglas, l’unique fils et descendant légitime de cette famille d’Ecosse, cogna des poings sur le bureau de son père. Et lui, comment pouvait-il parler ainsi de ces filles, qui, a preuve du contraire, restaient des êtres humains. L’amour, l’amour : Annathéa et Swana étaient le fruit de l’amour qu’il partageait avec sa femme, Alienna. Mais ça, son père ne pouvait pas comprendre, il le savait. Il ne pourrait jamais comprendre ce sentiment indescriptible qui traversait le corps de Dawson de long en large quand il voyait Alienna, il ne pourrait jamais comprendre cette impression de bonheur qui l’emplissait en se disant qu’elle était sienne. Jamais. Parce que son père était un adepte de mariage arrangé pour préserver le statut de son sang qu’il aimait tant. Il ne vivait que pour cela, et l’honneur de sa famille que Dawson avait quelque peu briser depuis son mariage.
- Elles sont vos petites filles, à mère et à vous, que vous le vouliez ou non. Elles portent votre nom parce que c’est le mien aussi. Il y a du sang Douglas qui coulent dans leurs veines à toutes les deux, que vous le vouliez ou non encore une fois. Apprenez que si je vous demande de garder mes enfants c’est bien parce que cela s’avère être la seule solution à notre disposition.
Le père de Dawson Douglas soupira. Il croisa le regard de sa femme, qui écoutait la conversation derrière la porte entrouverte. Elle non plus ne semblait pas enchantée par cette proposition. Bien qu’elle soit plus maternelle et plus douce que son mari, Camelia Douglas n’avait pas vu au monde des jumelles de son fils d’un bon œil. Elle avait tout de même insisté pour envoyer un hibou de remerciement et de félicitations : mais elle ne voulait pas les voir, mais même pas pour un million de Gallion.
- Pourquoi Diable as-tu besoin de nous les laisser ?
Soupira encore une fois le patriarche de la famille. Avait-il finit par céder ? Avait-il fini par accepter le fait qu’il devrait garder et élever un petit moment les filles de son propre fils avec une moldue ?
Dawson ne pouvait pas lui répondre. Pour la simple et bonne raison qu’il ne comprendrait pas, qu’il ne pourrait jamais comprendre. Ses filles, c’était la prunelle de ses yeux. Sa femme aussi. Mais ils avaient tous les deux besoin de se retrouver, un petit peu, ensemble, de faire leur tour du monde, de laisser leurs amours quelque temps en Ecosse.
- Nous en avons besoin Alienna et moi. Vous les prennez oui, ou non ?
Dawson n’avait pas d’autre solution si ses parents disaient non. A l’évocation du prénom de la femme du fils Douglas, le grand père eut un petit rictus de dégout.
- Oui, nous les prendrons.
Intervint alors la mère de Dawson. Non, elle ne sait pas ce qu’il vient de lui prendre, mais bon : malgré qu’il ait épousé une moldue envers et contre tous, il restait son fils et elle l’aimait de tout son être. Elle lui devait bien ça. »

☆☆☆

« Swana et Annathéa ne faisaient que se balader, innocemment, dans le grand manoir de leurs grands-parents. Jouer ensemble, c’était tout ce qu’elles pouvaient faire. Tenter d’être heureuse et attendre avec impatience le retour de leurs parents, prendre sur elles en écoutant leur grand-père leur dire qu’elles n’étaient pas si Douglas que ça. Les jumelles en avaient tout simplement assez de ne recevoir que des hiboux de leurs parents, de recevoir une roche porte-bonheur d’on-ne-sait-quel-pays. Ce qu’elles voulaient, c’était partir de ce manoir qui sentait le renfermer, ne plus voir ces tableaux mouvants qui ne faisaient que leur répéter qu’elles étaient ignobles elles et leur sang impur. Elles étaient fatiguées d’entendre que leur mère était une ratée. Fa-ti-guée.
Les jumelles s’arrêtèrent devant la porte du bureau de leur grand-père, écoutant attentivement, comme des petites fouines, ce qu’il se tramait là.
- Comment ça, qu’est-ce que vous voulez dire par « ils sont disparus » ?
- Votre fils nous a envoyé un hibou de détresse et puis nous n’avons pas su retrouver leur trace.
- Un hibou de détresse ? Dans la détresse, cet idiot a réussi à vous envoyer un hibou ?!
- Oui monsieur.
- Et donc ?
- Ils sont aujourd’hui considérer comme portés disparus, lui et sa femme et

Les deux gamines poussèrent la porte et se prirent par la main. Du haut de leurs six ans, elles avaient compris. Swana Mira & Annathéa Merida Douglas, avaient compris que leur rêve de retourner vivre avec leurs parents venaient de s’effondrer. Pouf. Plus jamais. L’employé du ministère se retourna et observa attentivement les jumelles. Orphelines. Un stupide voyage de leurs parents les avaient rendus orphelines.
- Et au vue de vos liens de parenté…
Continua l’employé. Il se tourna alors vers le grand-père Douglas et se retint de lâcher une larme. L’histoire de ces petites lui brisait presque le cœur.
- … Avec leurs enfants il serait, comme dire…
- Elles iront dans un orphelinat si je ne m’en occupe pas, c’est cela ?
»

☆☆☆

«    
« Mademoiselle Swana Mira Douglas,
Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription au collège Poudlard. Vous trouverez ci-joint la liste des ouvrages et équipements nécessaires au bon déroulement de votre scolarité.
La rentrée étant fixée au 1er septembre, nous attendrons votre hibou le 31 juillet au plus tard.
Veuillez croire, cher Miss Douglas, en l'expression de nos sentiments distingués.
Madame la directrice adjointe de Poudlard. »


Swana leva les yeux aux ciels. Sa sœur jumelle venait d’ouvrir sa lettre et en un coup d’œil, Swana avait remarqué qu’il y était inscrit exactement la même chose. Seul le nom au début de la lettre et sur l’enveloppe avait changé entre les deux courriers qu’elles avaient reçus. Les seuls courriers qu’elles n’aient jamais reçus. Pas qu’elles soient cachées aux yeux du monde par leurs grands-parents, non, mais elles ne connaissaient qu’eux. Qui pourraient leur envoyer un hibou ? Leurs grands-parents étaient devenus depuis trop longtemps leur seul et unique famille. Ils étaient devenus des parents de substitutions, au grand désarroi des jumelles. Grands-parents qui ne digéraient toujours pas la nature du sang de leurs petites filles. Chose qu’ils ne digéraient tellement pas que Swana et Annathéa étaient plus présentés comme des dignes descendantes de la famille Douglas, de sang pur, que comme les filles d’une ignoble moldue qui avait du s’y connaitre en potion de charme.
- Nous irons acheter votre matériel d’ici peu.
Les deux filles levèrent la tête de leur lettre en même temps avant de regarder leur grand-père, les yeux ronds, prêtes à boire ses paroles comme elles devaient le faire depuis qu’elles vivaient chez lui, dans ce grand manoir presque sans vie.
- Et dès que vous aurez vos livres, vous aurez intérêt à vous mettre au travail. Est-ce clair ? Et vous avez intérêt à vous tenir à carreaux mesdemoiselles. Pour préserver l’honneur de cette famille. Déjà que vous êtes des
Il croisa le regard de sa femme, la suppliant, pour une fois, de ne pas leurs rabâcher les oreilles avec toutes ses théories sur le statut du sang.
- Vous avez intérêt à travailler mesdemoiselles. Vous n’êtes pas n’importe qui. Et même si je le regrette, vous êtes des Douglas.
Du haut de leurs onze ans, les jumelles avaient déjà entendu ce genre de discours peu valorisants de la part de leur grand-père paternel plus d’une centaine de fois. Elles n’avaient que cela à faire de toute façon. Travailler pour satisfaire les personnes qui les élevaient. Orphelines, voilà ce qu’elles étaient. Forcées à vivre avec des personnes qui avaient du mal à accepter d’où elles venaient. Elles n’étaient certes pas traitées comme des Cendrillons, elles vivaient dans un certain niveau de confort. Mais il leur manquait une chose qu’elles ne trouveraient jamais ici : l’amour de leurs parents disparus. »

☆☆☆

« - Nos parents ont disparus. Il y a eu une enquête du ministère de la magie. Il semblerait qu’ils aient tout simplement disparus, ou qu’ils soient morts dans des circonstances tragiques sans que l’on retrouve leurs corps.
Swana écarquilla les yeux lorsqu’elle entendit sa sœur jumelle expliquer à une poignée de leurs camarades pourquoi elles vivaient chez leurs grands-parents, du moins quand elles voulaient y rentrer. Parce que ce n’était pas cela. Swana le savait, en étant certaines. Elle ne réagit même pas au fait que Annathéa n’ait nullement mentionné la vraie nature de leur mère, elle avait pris l’habitude, après tant de temps. Circonstances tragiques. Tu parles. Swana avait son idée toute faite depuis un long moment, un trop long moment. Trop longtemps pour accepter que Théa puisse croire encore aux stupidités qu’on lui racontait depuis qu’elles avaient cinq ans. Même son grand-père n’y croyait pas, Swana en étant convaincu. Pas de la à dire qu’il voulait les protéger, il voulait juste se protéger. La plus âgée des jumelles qu’était Swana Mira se leva de la table de la bibliothèque où elle s’était installée quelques minutes plus tôt avec ces semblants d’amis. En plus d’entendre des idioties de la part de sa sœur, cela lui prenait son temps de travail. Elle ne salua pas ses amis, et garda cet air de dégout qu’elle entretenait depuis qu’elle avait entendu ce que sa sœur avait dit sur leurs parents. D’un pas décidé, elle quitta la bibliothèque. Elle ne mit pas longtemps avant d’entendre sa sœur lui courir après.
- Swana !
Elle lui agrippa le bras.
- Pourquoi tu es partie comme ça ?
- Mais tu as entendu ce que tu as dis sur nos parents et leurs morts ?

Swana fit un geste brusque pour qu’Annathéa la lâche. Elles étaient comme des opposées, la douceur et la brutalité. Le feu et la glace. Mais elles étaient d’une certaine façon complémentaire. Impossible l’une sans l’autre. Parce qu’à elles deux, elles étaient une famille. C’est tout ce qu’elles avaient, leurs amours mutuels. Puisque même si leurs grands-parents les avaient élever, ils avaient toujours eu du mal à voir grandir sous leur toit des enfants qui ne partageaient pas leur sang.
- Quoi ? On n’en sait pas réellement plus Swan’
- Tu sais très bien pourquoi ils sont morts ‘Théa.
- Ils sont disparus, je te le rappelle.

Swana lança un regard noir à sa petite sœur. Tout Poudlard savait qu’elle ferait n’importe quoi pour la protéger. Qu’elle avait l’impression de savoir sa jumelle plus fragile qu’elle et qu’elle se sentait donc légitiment plus responsable d’elle. Mais elle ne pouvait pas la protéger de ce qu’elle croyait être un mensonge.
- Nos parents sont morts parce que notre mère était une moldue. Tu comprends ça Annathéa ? Une moldue, qui n’avait rien à faire avec un sorcier. RIEN. Abso-lu-ment rien. Imagine, si elle n’avait pas été notre mère. Si on avait eu la famille qu’on aurait du avoir. Si nous étions issues de deux parents sorciers. Imagine ce qu’on aurait évité Anna. Imagine ce qu’on aurait été Anna. Des vraies Douglas.
- Swana…

N’importe qui aurait été choquée par les paroles de la brune, sa jumelle était bien évidemment la première. Mais c’était ce qu’elle pensait. Swana Douglas en voulait à sa génitrice, de laquelle elle ne gardait que de vagues souvenirs, souvenirs qui ne combleraient jamais le manque qu’elle avait pu ressentir enfant de ne pas avoir de mère.
Elle regarda sa sœur dans les yeux, avant de tourner les talons et de tracer sa route. Personne ne pourrait changer ce qu’elle pensait. Sa mère était la personne qui avait causé la mort de son père et en l’occurrence de la famille qu’ils auraient pu former. C’était de sa faute, elle, la moldue. »


Tell me who you really are.

ϟ pseudo et âge: morgane, lions' tears, 17 ans  Twisted Evil 
ϟ Où as-tu trouvé le forum? je retente l'aventure  :magnus: 
ϟ Personnage: Inventé avec ma Annathéa  :chou: 
ϟ As-tu un autre compte sur BP? nop  :amen: 
ϟ Présence: 4/7, 7/7 si vous voulez que je rate mon bac  :plum: 
ϟ Une remarque?  :igor:  :albert:  :perv:  :robert:   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doiwannaknow.frbb.net
 

swana mira douglas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Galetas de Mira
» Le Mira Bowl à la convention Peupléenne
» Monde Tombeaux Némira
» [MD80/90 Series] Special McDonnell Douglas
» Douglas DC 3_Autopilot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maybe I'm Too Busy Being Yours To Fall for Somebody New. :: Votre 1ère catégorie :: Fiches-